Les poules du couvent, couvent…

Transmis par Joeliah le 29 - septembre - 2011

Le français, c’est facile… pour les français !
Il y a une quarantaine d’année, une correspondante anglaise était venue nous rendre visite à l’école et nous expliquait sa difficulté à comprendre le français dans certaines phrases.
Et celle qu’elle avait retenue était ‘les poules du couvent, couvent’…

En voici d’autres bien françaises, mais pas évidentes pour nos amis étrangers…

– Nous portions nos portions.

– Mes fils ont cassé mes fils.

– Il est de l’Est.

– Je vis ses vis.

– Cet homme est fier ; peut-on s’y fier ?

– Nous éditions de belles éditions.

– Nous relations ces intéressantes relations.

– Je suis content qu’ils nous content cette histoire.

– Il convient qu’ils convient leurs amis.

– Ils ont un caractère violent et ils violent leurs promesses.

– Ces dames se parent de fleurs pour leurs parents.

– Ils expédient leurs lettres ; c’est un bon expédient.

– Nos intentions, c’est que nous intentions un procès.

– Ils négligent leur devoir ; moi, je suis moins négligent.

– Nous objections beaucoup de choses à vos objections.

– Ils résident à Paris chez le résident d’une ambassade étrangère.

– Ces cuisiniers excellent à composer cet excellent plat.

– Les poissons affluent d’un affluent de la rivière.

Mais la plus drôle est d’arriver à écrire celle-ci :
Un sot sur un cheval, tenait un sceau dans une main et un seau dans l’autre.
Soudain, le cheval tomba et les trois (sô ?) se retrouvèrent à terre…

Je préfère le langage verbal !

Joéliah


 

A votre service