Le Rois des Échos et le paysan – conte nubien à méditer

Transmis par Joeliah le 14 - janvier - 2017

Les Échos du jour : est-il toujours bon de demander de l’aide ou faut-il rester autonome… ? Ce conte laisse réfléchir sur notre aptitude à se débrouiller seul(e) ou non…

Un homme alla dans la forêt pour défricher un bout de terrain, brûler les broussailles et préparer un champ.
À peine commença-t-il à essarter la terre qu’il entendit une voix dans les buissons :
— « Qui est là ? »
— « C’est moi », répondit l’homme.
— « Que fais-tu ? »
— « Je débroussaille. »
— « Attends, je vais t’aider. Je suis le Roi des Échos et je vais t’envoyer cent de mes sujets. »
Sitôt dit, sitôt fait. Le Roi envoya à l’homme cent échos qui débroussaillèrent le terrain en un tour de main. L’homme se félicita de cette aubaine :
— « Avec une aide pareille, tout va pour le mieux ! »

Quelque temps après, les broussailles une fois sèches, l’homme se rendit dans la forêt pour les brûler et pour amender son champ avec les cendres. À peine eut-il le temps d’allumer le feu qu’une voix se fit entendre :
— « Qui est là ? »
— « C’est moi », répondit l’homme.
— « Que fais-tu ? »
— « Je brûle les broussailles pour amender mon champ avec les cendres. »
— « Attends, je vais t’aider ! »
C’était encore le Roi des Échos. Il envoya à l’homme trois cents échos qui se mirent aussitôt à l’oeuvre. En un tournemain, ils brûlèrent toutes les broussailles.
Sa terre amendée, l’homme s’en félicita :
— « Avec une aide pareille, tout va pour le mieux ! »

Une nouvelle aide précieuse des Échos.

Les pluies commencèrent. L’homme saisit un pot rempli de millet et s’en alla au champ pour semer. À peine commença-t-il sa besogne que le Roi des Échos se fit entendre :
— « Qui est là ? »
— « C’est moi. »
— « Que fais-tu ? »
—  » Je sème le millet. »
— « Attends, je vais t’aider. »
Et le Roi lui envoya en aide neuf cents échos. Les semailles furent terminées en un tournemain.
— « Avec une aide pareille, tout va pour le mieux ! » se félicita notre homme.

Lorsque le millet se mit à germer, l’homme se rendit au champ pour arracher les mauvaises herbes.
Le Roi des Échos ne tarda pas à l’appeler :
— « Qui est là ? »
— « C’est moi. »
— « Et que fais-tu ? »
— « J’arrache les mauvaises herbes. »
— « Attends, je vais t’aider. »
Mille échos accoururent et arrachèrent toutes les mauvaises herbes en un tournemain.
Une fois de plus, l’homme se félicita :
— « Avec une aide pareille, tout va pour le mieux ! »

Lorsque le millet se mit à lever, l’homme alla au champ pour chasser les oiseaux qui venaient le manger. Dès son arrivée, le Roi des Échos cria :
— « Qui est là ? »
— « C’est moi. »
— « Que fais-tu ? »
— « Je chasse les oiseaux pour qu’ils ne mangent pas mon millet. »
— « Attends, je vais t’aider ! »
Dix mille échos accoururent et chassèrent jusqu’au dernier oiseau. L’homme s’en alla en se félicitant :
— « Avec une telle aide, tout va pour le mieux ! »

Des jours passèrent. L’homme arriva au champ. Il cueillit quelques épis et les goûta pour voir si son millet était mûr.
Et le Roi des Échos appela :
— « Qui est là ? »
— « C’est moi. »
— « Que fais-tu ? »
— « Je cueille quelques épis et je goûte mon millet pour voir s’il est mûr. »
— « Attends, je vais t’aider… »

Conte Nubien

Apprendre à dire merci c’est bien, mais ‘stop et non merci’ c’est parfois mieux !
Qu’auriez-vous fait à sa place ?
La facilité est souvent source de perte d’autonomie.
Le courage est une vertu, savoir déléguer une autre, à condition de choisir ses partenaires.
Que le meilleur soit !
Joéliah/lejardindejoeliah.com

Photos du net sans indication d’auteur.


 

A votre service